News

21 Jun 2018

Drivers' League : Velogic évalue et récompense ses chauffeurs

Etre prudent, faire preuve de discipline, être doté d’une bonne capacité d’attention et de réactivité sur la route… Etre chauffeur chez Velogic requiert des qualités et un sens aigu des responsabilités qui sont encouragés grâce à un programme intitulé « Drivers’ League ». Celui-ci est aussi un moyen d’évaluation des performances tout au long de l’année. Plusieurs chauffeurs se sont récemment distingués et ont été récompensés lors d’une cérémonie qui s’est tenue le 22 mai 2018.

Mis en place en 2008, ce programme étalé sur plusieurs mois offre aux chauffeurs un moyen de s’autodiscipliner. Les critères d’évaluation portent sur la présence au travail ou le sérieux, les résultats d’alcootests, voire le nombre d’accidents ou d’incidents dans lesquels les chauffeurs sont impliqués.

Chaque trois mois un chauffeur se voit récompensé et en fin d’année, ce sont les cinq meilleures performances qui sont à l’honneur et chacun reçoit une récompense lors d’une cérémonie officielle. Les gagnants sont :

Drivers' League :

1. LINGEN Sandra

2. MOOTOOSAMY Darus

3. JUGBHUNDUN Navin

4. MUGON Balram

5. JADDOO Rhaws

 

Workmen's League :

1. MAZENE Eddy

2. MOOTOOSAMY Warren

 

Depuis 2016, de nouveaux critères d’évaluation ont été introduits au garage. Parmi ceux-là figurent l’audit des véhicules. A ce titre, les chauffeurs sont aussi tenus de préparer et de vérifier leur véhicule avant le départ, ce qui leur permet doublement d’assurer leur sécurité et celle des autres usagers de la route.

« L’an dernier je n’ai pas été au niveau requis et cela m’a motivé pour combler mes lacunes et m’améliorer. Cette année, j’ai pris les choses au sérieux en privilégiant une présence accrue et en faisant preuve de disponibilité », commente Sandra Linden, qui a devancé ses collègues dans la « Drivers’ League ».

Eddy Mazene, gagnant de la « Workmen's League », était aussi très motivé : « Il y a trois ans, j’avais remporté le premier prix et cette année, j’ai voulu faire une remontée en m’améliorant sur deux axes principaux ; d’un, éviter les retards et de deux ne pas déplaire mes supérieurs. Cette année en décembre, je fêterai mes 60 ans et c’était un moyen de me remettre en selle. »